top of page

Un camp de surf dans l'Ouest

Why not coconut? Voici pourquoi tu devrais te lancer!


Je n'avais surfé qu'une toute petite fois, mais j'ai adoré mon expérience à Tofino.


Il existe un endroit sur terre où s’entremêlent les charmes exotiques d’Hawaï et la majesté de l’Alaska. Situé sur l’Île de Vancouver, au Canada, Tofino m’a décroché la mâchoire. Ses plages nordiques qui s’étendent sur des kilomètres sont le parfait terrain de jeu pour le surfeur qui sommeille en toi. J’y suis allée à la fin septembre pour un séjour de 5 jours, au cours duquel j’ai pris une leçon de surf. Si mon aventure dans ce paradis terrestre m’a fait découvrir un nouveau sport avec lequel je suis tombée en amour, il m’a aussi permis de réfléchir et de faire le bilan.


Je te partage 6 constats qui ont émergé dans l’une des plus belles baies du monde et qui m'ont donné envie de revenir pour un camp de surf.


1. J’avais aucune idée de ce que je faisais


Je n’avais surfé qu’une toute petite fois, au Costa Rica, il y a de cela presque 20 ans. Je voyageais “ sur la cenne” et j’avais loué la planche à l’heure. J’avais dû la transporter à l’autre bout de la ville en me faisant empoussiérer par les VTT qui passaient en trombe. Je n’avais aucune idée de ce que je faisais, mais j’avais bien aimé me faire “donner une volée par la mer”. Une belle leçon d’humilité après laquelle je me suis sentie détendue et lessivée.


Prendre un cours à Tofino a fait TOUTE LA DIFFÉRENCE. Kerry, notre instructrice des Surf Sisters, nous a pris en charge avec compétence, générosité et humour. Elle nous a montré les bases du surf, mais surtout l'essentiel pour avoir du plaisir. Elle faisait l'aller-retour entre nous, pour nous coacher individuellement et maximiser nos chances de se lever debout. Même si tu passes ta première journée à attraper les vagues pour surfer sur le ventre jusqu’au rivage, sans réussir à te lever, c'est du gros fun! Pis tu vas te découvrir de nouveaux muscles. Le reste viendra!


2. Je dois ralentir


Il y a longtemps que j'ai adopté le slow travel comme façon de voyager, pour être honnête, je n'ai jamais voyager autrement. Ça ne fait pas de sens pour moi de courir à droite et à gauche, de coucher dans 6 hébergements différents en 10 jours pour cocher une liste d'attractions « à ne pas manquer ». J'aime prendre mon temps, m'imprégner d'une destination et adopter un tourisme plus local, authentique et responsable. Opter pour un camp de surf, c'est faire une chose à la fois, s'y consacrer et ne penser à rien, comme quand je cuisine ou que je jardine. C'est bon pour l'esprit et le corps. Je n'aurais pas cru que je souhaiterais aller me reposer en faisant du surf pendant 5 jours, mais avec du recul, c'est exactement le résultat escompté.


3. Surfer c’est choisir


Quand on voyage, on ne peut pas tout faire, tout voir. Sinon l'expérience risque d'être épuisante et superficielle. Il faut mettre son temps et ses ressources sur certaines étapes du voyage, les vivre à fond. Il faut choisir! Tu me vois venir, n'est-ce pas? Il en est de même pour le surf. Ce ne sont pas toutes les vagues qui te permettent de surfer. Kerry, notre instructrice, a insisté sur le fait qu’il faut savoir choisir la bonne vague. En refusant de laisser passer celles qui ne sont pas favorables, tu risques de t'épuiser en essayant de toutes les attraper. Cette analogie s’applique au voyage. Le vrai voyage…. ce « condensé de vie » qui nous permet de fuir l’absurdité capitaliste qui nous mine au quotidien.


4. Le Canada est un vaste paradis


En allant surfer à Tofino, j'ai constaté à quel point cette vaste contrée offre des paysages variés et exotiques. Avec ses plages magnifiques, ses arbres géants, son horizon dentelé d’épinettes noires et sa forêt pluviale tempérée, mon pays arrive à me surprendre. C'est peut-être cliché, mais quand je me laissais soulever par la houle, accrochée à mon surfboard, dans cette baie splendide d’un bleu azure, je ne pouvais pas croire, que j'étais au Canada.


5. C’est pas obligé d’être cher


L'offre d'hébergement varie. D'un appartement de luxe au terrain de camping, l'offre est variée et de qualité. Tu peux partir avec ta tente ou louer un VR. Il y a l'hôtel, l'hébergement indépendant et l'auberge de jeunesse. Avec un vol pas cher, si tu cuisines tes repas dans la cuisine de ton logement et que tu te délectes de délicieuse bouffe de rue, tu peux t'en tirer pour le prix d'une semaine dans le sud (avec activités hors du resort). Mes 8 jours dans l’Ouest se ventilent ainsi: un dodo à l'arrivée à Vancouver, 5 nuits sur l’île, puis une dernière nuit à Vancouver avant le vol du retour.


6. Vieillir, c’est ne plus rien essayer


Vieillir ne se mesure pas à ton âge, tes cheveux blancs, tes courbatures ou ta capacité à tenir debout passé 23h. Tu te mets à vieillir quand tu préfères le statu quo douillet aux nouvelles expériences. Continue de dire OUI à l'aventure, juste pour voir où elle te mènera. C’est pas vrai, qu’avec les années, il est trop tard, que ce n’est plus pour toi. La première fois que tu sors de ta zone de confort, ça se peut que tu sois un peu crispé. Mais après un certain temps, quand tu comptes à ton actif plusieurs nouvelles expériences positives et que tu en fais le récit, rieur.se et comblé.e, ça ne te fait plus peur d’essayer!



bottom of page